Je ne connais pas grand monde qui apprécie les pancartes électorales. Qu’on les qualifie de pollution visuelle ou tout simplement d’insulte à l’intelligence esthétique, on ne manque habituellement pas de verve pour décrier ce type d’affichage. 

Dans ce contexte, il faut saluer l’audace dont fait preuve Mélanie Joly dans la présente campagne à la mairie. Enfin de belles pancartes! Merci!

N’étant pas une spécialiste en politique, je ne suis pas certaine de l’efficacité potentielle de cette initiative en regard des publics qui « sortent » réellement voter, mais du point de vue de l’image, l’effet est saisissant. À côté des affiches dénuées de toute personnalité que nous font subir les autres candidats, Mélanie Joly impressionne.

Tous les ingrédients sont réunis :

- des couleurs inédites en politiques qui rappelle le luxe et la sophistication (il semble qu’on puisse encore rêver, c’est rafraîchissant)
- une photo magnifique (le doré des cheveux qui se marie à la typographie)
- un regard à la fois déterminé, sincère et un peu taquin (enfin une candidate qui ne sourit pas avec ses dents, mais avec ses yeux!)
- une image différente qui crédibilise le message de changement (il est rare que l’image des candidats au changement symbolise vraiment celui-ci)

On accusera peut-être Mélanie Joly d’user de son charme, de son âge et de son allure de mannequin pour séduire l’électorat. Ses adversaires diront qu’elle n’est qu’une image. Mais le branding est une arme puissante. Créer une marque permet de crédibiliser un produit… ou une candidature. Et c’est exactement ce que Mélanie Joly est en train de faire avec cette première campagne d’affichage.

Gageons que l’électeur moyen, sans n’être influencé que par le contenant, se montrera maintenant plus sensible au contenu que Mélanie Joly voudra lui communiquer.

À la semaine prochaine!

;-)

Stéphanie

Ce texte a originalement été publié dans le blogue Marketing & Cie.