VOUS AIMEZ CE
QUE VOUS VOYEZ?

Faites comme nos 5000 lecteurs assidus.
Abonnez-vous au eBang!

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

L’infolettre est-elle encore un bon outil marketing?

16 avril 2019 |

« Le marketing par courriel, c’est dépassé. » Vous avez probablement déjà entendu cette affirmation de la bouche de ceux qui chantent les louanges des médias sociaux. Leur argument : il faut aller chercher le public où il se trouve. Là-dessus, ils n’ont pas tort!

En 2019, 3.8 milliards d’humains possèdent une adresse courriel, soit plus de la moitié des habitants de la planète. En comparaison, les réseaux sociaux comptent 2.8 milliards d’utilisateurs, toutes plateformes confondues.

La majorité d’entre nous peine probablement à se souvenir d’un monde sans courriels promotionnels, et pour cause. La première campagne remonte à 1978! Mais ce n’est pas parce que cette tactique date qu’elle n’est pas efficace. Rapportant en moyenne 44 $ pour chaque dollar investi, les campagnes par courriel convertissent 174 % plus que les réseaux sociaux. Il s’agit d’ailleurs de la 3e source d’information privilégiée en B2B, après les pairs et les sommités du domaine.

Votre organisation n’a pas encore d’infolettre? C’est le temps de vous y mettre! Mais attention, toutes les campagnes ne sont pas créées égales… Pour convertir, il faut employer les bonnes techniques.

Choisir votre format

On répertorie quatre grands types d’infolettres. Tentez de vous limiter à un seul format, la cohérence fait loi en marketing par courriel.

  1. Le panorama. Ce type d’infolettre propose aux lecteurs une sélection d’articles, de vidéos, d’images ou d’informations en tout genre. Ces éléments sont mis en page et renvoient à une suite disponible en ligne. Aussi populaire qu’efficace, ce modèle demande une implication supérieure : il faut produire assez de contenu pour le remplir.
  2. Le catalogue. On y annonce des produits ou services d’un point de vue purement promotionnel. Puisque le cycle d’achat en B2B est généralement plus long, ce type d’infolettre est perçu comme narcissique et provoque des désinscriptions rapides. Si vous devez fréquemment faire part à vos clients de nouveautés ou de promotions, il peut s’agir du bon format pour vous, à condition d’éviter le look infopublicitaire.
  3. Le relayeur. Dans un domaine technique, où l’on vend d’abord une expertise, ces infolettres sont appréciées. Elles vous permettent de rendre service à vos lecteurs en effectuant une veille médiatique et en leur relayant les informations qui ont attiré votre attention. Si vous proposez un résumé ou un commentaire sur le contenu partagé, c’est encore mieux! Attention, votre infolettre ne doit toutefois pas faire la promotion de vos compétiteurs.
  4. Le blogueur. Cette infolettre consiste à partager avec vos lecteurs votre dernière pièce de contenu. Attention, un simple lien redirigeant les lecteurs vers votre site web ou un bloc de texte copié dans un courriel ne feront pas l’affaire. Ce modèle demande un effort de design, une ligne d’objet soignée et une introduction percutante pour attirer l’attention.

Respecter votre marque

L’envoi d’une infolettre est un excellent moyen d’entretenir une relation privilégiée avec vos clients. Après tout, s’ils s’abonnent, c’est qu’ils vous apprécient. Encore faut-il qu’ils soient en mesure de reconnaître votre entreprise au premier coup d’œil.

Votre design devrait respecter votre charte graphique et devrait être très similaire d’un envoi à l’autre. Votre ton, quant à lui, peut être plus amical qu’à l’habitude. Rappelez-vous : vos lecteurs vous accordent quelques minutes de leur temps, la moindre des choses est de rendre ce moment agréable!

Notre conseil : amusez-vous! Si vous n’avez pas de plaisir à concevoir votre infolettre, vos abonnés n’en auront pas lorsqu’ils la liront. Pour nous, écrire le eBang, c’est toujours du bonbon!

Miser sur la qualité, pas la quantité

De la marée de courriels qu’ils reçoivent, les internautes n’en ouvrent qu’une fraction. Plutôt que d’ajouter au bruit, optez pour un envoi moins fréquent : hebdomadaire, bimensuel, mensuel… Mesurez honnêtement votre capacité de production, prenez le temps de bien faire les choses et suivez un calendrier régulier.

Besoin de plus de conseils? En produisant 533 eBang, nous avons appris un truc ou deux! Faites-nous signe!

inscrivez-vous à l'infolettre ebang

Recevez chaque semaine un contenu entièrement développé pour vous aider à booster vos performances marketing.

En vous abonnant au eBang, vous recevrez également le blogue de Stéphanie publié sur lesaffaires.com. Vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Vous cherchez un bon partenaire?

Ça tombe bien! Nous sommes toujours
à la recherche d’excellents clients!