L’ABC d’un guide de rédaction web pour un marketing de contenu performant

Rédaction de blogue, écriture des publications sur les réseaux sociaux ou création de la page de destination d’un nouveau produit ou service: pour les organisations de toutes tailles, la gestion et la production du contenu peuvent devenir compliquées. Que ce soit par manque de temps, de ressources ou de cadre bien défini.

Si vous multipliez vos prises de parole en ligne, avez-vous une ligne directrice qui guide vos équipes? En cas d’incohérence, la confiance envers votre marque pourrait s’affaiblir. Remédiez à la situation!

Comment rédiger pour le web? Suivez le guide!

En s’appuyant sur votre identité de marque, votre guide de rédaction définit quelle voix et quel ton adopter afin d’aligner contenu et image. Comparativement à l’imprimé, le contenu destiné à vivre en ligne est soumis à des contraintes différentes, comme le formatage des pages web ou la disposition textuelle plus ou moins restreinte des médias sociaux. 

Destiné à usage interne ou externe (comme des pigistes), cet outil s’adresse à toute personne qui écrit votre contenu, d’un ebook aux commentaires de vos ambassadeurs de marque. Notez que si vous rédigez en plus d’une langue, chacune devrait avoir son propre document.

Un guide de rédaction jongle avec les contraintes du web et optimise l’écriture de votre contenu pour une performance accrue.

Sa force? À la fois, éliminer la confusion des rédacteurs, accélérer la cadence de votre production – finis, les détours et les 1001 questions de mise en page! –, tout en uniformisant vos contenus et vous faisant gagner en cohérence.

Petit rappel: en ligne, l’expérience utilisateur influence beaucoup l’accès au contenu. Vérifiez notamment si votre site web est adaptatif (responsive). Sinon, vos cibles pourraient être rebutées par la non-convivialité de la navigation et, même, la percevoir comme un manque de professionnalisme.

10 incontournables de votre guide de rédaction web

  1. Vos principes de base. Précisez qui sont vos cibles et indiquez si vous avez des consignes particulières, des modèles de brief ou des gabarits pour vos différents types de contenu.

    Préparez bien le terrain, mais attention de ne pas trop en mettre et donc de rendre votre guide inutilisable en le saturant d’informations.
  2. La voix et le style à adopter. Vous exprimez-vous de façon neutre ou émotive, posée ou dynamique? La personnalité de votre marque est-elle passionnée, pince-sans-rire ou affirmative?

    Si votre voix demeure inchangée, vous pouvez cependant ajuster votre ton à vos différents contenus: un communiqué de presse ne devrait pas nécessairement avoir le même style qu’une publication sur Facebook (et vice versa)!
  3. Divers éléments concrets d’écriture. Employez-vous l’orthographe traditionnelle ou rectifiée? Adaptez-vous la ponctuation de vos textes au web (on le recommande!)? Le caractère gras est-il à proscrire en tout temps? Avez-vous un mot-clic d’entreprise pour vos médias sociaux?

    Si vous souhaitez adopter l’écriture inclusive (qui vise à prendre en compte les différents genres dans le langage), c’est le bon endroit pour uniformiser vos pratiques et formulations de prédilection.
  4. Les mots-clés SEO et la terminologie de votre industrie. Précisez le vocabulaire propre à votre secteur, les termes interdits et, au besoin, l’appellation particulière de vos experts ou de vos clients. Si vous publiez dans plus d’une langue, un tableau des différentes traductions approuvées est un outil très pratique.

    Votre rédaction web devrait aussi s’appuyer sur des mots-clés SEO (search engine optimization) dans l’optique de favoriser le référencement naturel de vos contenus. Partagez-les avec vos rédacteurs pour qu’ils sachent quels termes utiliser.
  5. Les consignes pour vos différentes plateformes. Par exemple: à quels endroits préférez-vous employer le «nous» ou le nom de votre entreprise? Vous pourriez aussi accepter de mettre des émojis sous une photo partagée sur Instagram (oui, oui, en B2B!), mais les refuserez peut-être dans un article de blogue.

    Insistez sur l’importance d’avoir des appels à l’action (call to action) clairs et engageants dans vos contenus. Que ce soit en invitant les internautes à vous contacter sur une de vos pages web, à interagir avec une publication, à consulter une vidéo ou une étude de cas à la fin de votre infolettre, ces formulations guident vos cibles vers le geste à poser.
  6. La mise en page et l’interaction entre le texte et l’image. Si vous rédigez une liste à puces ou à numéros, quel format devrait-elle avoir? Les rédacteurs peuvent-ils puiser dans une banque de photos interne ou opter pour des photos libres de droits?
  7. Les sources à consulter. Listez les sites et les ouvrages approuvés par votre entreprise et reconnus dans votre industrie. Sans oublier les sources à éviter, que ce soit vos compétiteurs ou des sites non fiables.

    Montrez également comment les citer: guillemets, parenthèses, notes de bas de page, hyperliens – les options sont nombreuses!
  8. Des exemples à suivre et à éviter. Qu’ils accompagnent chacune des sections du guide ou soient regroupés en un endroit, illustrez les bons coups et les faux pas. Montrez par exemple un article de blogue avec des flèches explicatives pour une compréhension rapide et optimale.
  9. Des références pour vos rédacteurs. Puisque d’autres normes ou documents ressources sont condensés dans votre guide de rédaction web, faites-leur une petite place sans l’alourdir.

    Vous pourriez par exemple établir un lien vers votre processus interne de travail avec les pigistes, votre guide de marque, votre document de rédaction SEO, votre liste de mots-clés ou tout autre outil pertinent.
  10. Un aide-mémoire. À vous de voir si vous souhaitez lui faire imiter la forme de la foire aux questions d’un site web, d’une liste à cocher ou d’encadrés. Insistez notamment sur la relecture, la correction et la vérification des liens ancrés.

À lire aussi:  Marketing imprimé et numérique: créez une alliance stratégique! 

Intégrez votre guide de rédaction web à votre écosystème

Une bonne façon d’assurer l’utilisation de cet outil est d’impliquer en amont de sa conception les personnes qui rédigent déjà votre contenu. De cette façon, vous saurez quelles questions reviennent le plus souvent et pourrez trancher plus facilement entre l’une ou l’autre des pratiques à recommander.

Truc de pro: comme votre guide concerne la rédaction web, adaptez-le au numérique! Vous pourriez par exemple miser sur un affichage pratique en lui donnant un format PDF simple et efficace ou celui d’un tableau kanban, visuellement convivial et facile à utiliser. L’important, c’est que vos collaborateurs le trouvent et le comprennent sans problème.

N’oubliez pas de donner vos couleurs à ce guide grâce à un design à la fois aéré et attrayant pour inciter les gens à l’utiliser. Une fois terminé, partagez-le avec toute votre équipe et récoltez ses rétroactions – après tout, c’est elle qui l’utilisera au quotidien.

Besoin d’un coup de main pour défricher la jungle des éléments textuels? Nos mordus de rédaction et de contenu sont fidèles au poste: passez-nous un coup de fil!

Search
Generic filters